16 janvier 2018

Ce que vous ignorez sur le « baya »

Par afrishow

La beauté est un sujet qui attire l’attention de plus d’un. Cet état d’aisance fait ressentir à tous du plaisir esthétique devant des objets, des personnes ou des œuvres d’art. En Afrique, la beauté, c’est plus l’affaire des femmes. La femme africaine ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit de se rendre belle. Parmi ces éléments de beauté figure le ‘’Baya’’. Parure fabriquée avec des perles ou autres objets de beauté et utilisée par les africaines à titre d’ornement pour leur hanche. Ce bijou est certes populaire et connu de tous comme objet de beauté cependant peu de personne le connaisse dans toute sa diversité. Notamment :

Ses composantes et son origine 
Appelé ‘’Baya’’ en malinké, ou ‘’l’Afflema’’ en akan, celui-ci est constitué de diverses matières premières telles la porcelaine, le caoutchouc, les excréments d’une espèce rare de papillon, de roche et de bois. Ces perles viennent généralement de l’Indochine, du Maroc et du Liban. En Afrique de l’Ouest, il s’agit du Mali, du Sénégal, du Nigeria et du Ghana. Le ‘’Baya’’ est confectionné au Sénégal par les ‘’Laoubè’’ qui sont des peuhls.
Les femmes sont des danseuses de fesses. Et parmi eux, il y a des porteurs de chance, des vendeurs de ‘’Baya ‘’ envoûté. C’est un peuple riche. À côté de tout cela, il y a un arbre qui produit des fruits rouges appelés ‘’Yiridenen’’ en malinké et ‘’Sidem’’ en Wolof. L’obtention de ce type de ‘’Baya’’ requiert un minimum d’effort et d’ingéniosité. Tout d’abord, il faut piler les fruits. Ensuite, les faire sécher, les griller et les polir et enfin proférer des paroles prophétiques dont seules les vieilles ‘’Laoubè’’ ont le secret.

Les différents types de ‘’Baya’’ et leurs secrets
Il existe plusieurs types de ‘’Baya’’ au Sénégal. Entre autres, ‘’Le Djadjal’’, fait de petits colliers et mis en nombre sur les reins. Le ‘’Ferl’’, constitué de grosses perles, fait beaucoup de bruits lorsqu’elles se déplacent. Ces bruits ne sont pas fortuits, car ils attirent l’attention d’éventuels ‘’ prédateurs’’. Le ‘’Ferl Nanan’’, de taille moyenne, tient son appellation d’une chanteuse sénégalaise nommée Nanan. Le ’Pêmê’’ est un collier scintillant, communément appelé ‘’Baya’’ lumineux et sert à éclairer la chambre conjugale. Le ’ ’Soupou Candja’’ signifie sauce gombo en Wolof. Les jeunes filles l’enroulent également autour de leur poignée. Ce type de parure facilite les rapports sexuels. Le ‘’Môrômôrô’’ quant à lui est parfumé. Il sert non seulement à parfumer le lit conjugal, mais enivre également le conjoint jusqu’à le transporter au 7 ème ciel.

Le ‘’Baya’’ comme moyen de protection
Le ‘’Baya’’ est aussi un accessoire protecteur contre les esprits maléfiques. Pour être à l’abri de tout danger (mauvaises langues, jalousie…) certaines femmes portent ces perles autour de leurs reins, lors des cérémonies de réjouissances. Accrochés également dans la maison avec du ‘’Oussounan’’ il sert à chasser les mauvais esprits.

Le ‘’Baya’’, de l’art curatif au traditionnel
Les Africains ont, eux aussi, les moyens curatifs pour venir à bout de certains maux de leurs progénitures. Il est mis aux reins des nouveaux nés pour calmer les douleurs (diarrhée, fièvre) dues à la poussée des premières dents. Il sert aussi à guérir les maux de reins. C’est ce qui explique son port au niveau des hanches.
NB : Il faut savoir que le ‘’Baya’’ se porte généralement sous les robes et les boubous. Mais quand il s’agit des pagnes, le ‘’Baya’’ se porte au-dessus. Il est donc conseillé de porter les ‘’Ferl’’ qui sont de grosses perles. Pour ce qui est des pagnes colorés, les perles qui composent le ‘’Baya’’ doivent être visibles pour être mieux vu. Le ‘’Ferl’’ est conseillé aux femmes en chair. Le port des ‘’Baya’’ sous les pantalons est à proscrire, car apparait sous ce type de vêtements. À la limite, une combinaison ferait l’affaire…
Aujourd’hui les femmes doivent revaloriser le port du baya surtout dans nos pays, parce qu’il est de plus en plus mal utilisé ou négligé. Il est ce que l’Afrique a de plus beau et relève des valeurs africaines et de la beauté noire.

Commentaires