7 mars 2018

ATHLETISME : MURIELLE AHOURE : « J’AI SOUFFERT DE DEPRESSION »

Par afrishow

La sprinteuse ivoirienne Murielle Ahouré se rendra dans les jours à venir en Côte d’Ivoire pour fêter sa médaille d’or historique. Aux Championnats du monde en salle d’athlétisme, elle est devenue vendredi 2 mars 2018 la première sprinteuse africaine sacrée sur 60 mètres et ceux après une période noire, mais Dieu seul sait combien d’épreuves a-t-elle traversées pour y arriver. Elle confie avoir souffert de dépression et perdu le goût de l’entraînement dans ses difficiles moments.
« Quand j’ai perdu mon père, ça fera un an le 24 mars, c’était très dur. Une année noire, une saison noire, je ne voulais pas aller à l’entraînement. Il était la personne dont j’étais le plus proche. Mon père, c’était mon meilleur ami et le perdre a été un choc. Je lui parlais tous les jours dès le matin. Il m’arrive encore de lire ses messages et c’est comme si j’oubliais qu’il n’est plus là. Je l’appelle, c’est comme un réflexe, c’est ma mère qui a son téléphone maintenant. C’est toujours dur mais je suis dans un état d’esprit totalement différent et ça va mieux ».
Revenant sur sa victoire, Murielle Ahouré affirme : « Oh, c’était trop émouvant pour moi parce que j’ai pensé à ces deux dernières années avec les hauts et les bas et j’étais très fière d’entendre mon hymne national résonner dans l’Arena. C’était super spécial ! J’ai toujours été deuxième et pour la première fois, à 30 ans, je gagne la médaille d’or, donc je suis trop contente. Depuis ma victoire vendredi, je sens le support de mes fans, de ma famille, de la Côte d’Ivoire. Ils ont souffert avec moi ces deux dernières années pendant la maladie de mon père et ma dépression quand il est décédé. Ils sont très contents de me voir revenir et même battre le record d’Afrique. Etre la première Africaine médaillée sur 60 mètres, c’est immense ! ».
Une fois encore Félicitation a notre pachyderme.

Commentaires